Holden à la Maroquinerie, le 5 mai 2006

AvatarWritten by Uncategorized

HoldenQuelques semaines avant leur tournée officielle qui débutera cet été, les parisiens de Holden étaient vendredi dernier à la Maroquinerie pour un tour de chauffe tout à fait convaincant.

Après le passage de Gepe, trio chilien aux accents d’électro-pop-folk, c’est au tour de Holden de prendre le contrôle de la Maroquinerie vers 21 heures. Retrouvailles chaleureuses avec la scène et un public de connaisseurs pour la plupart.
Le set démarre en douceur avec les titres de Chevrotine fidèles à l’album. Puis Armelle entonne la mélodie vaguement rétro d’”Une fraction de seconde”, hommage à Pedrolira, suivi d’autres coups d’oeil dans le rétro : “Tunis” et “Une lueur tiède”, chantée par le pianiste. Tout ce qu’on aime chez Holden, la délicatesse du jeu, les guitares atmosphériques, l’architecture sonore bien en place nous est servi sur un plateau.
Holden ne force pas le trait, ne s’aventure pas dans l’inconnu, ne perd pas son temps mais enchaîne avec application des pop-songs faussement légères. Puis l’hommage à Murat arrive avec le très beau morceau “L’Orage” chanté en duo par Armelle et Ludo. “Encore un petit artiste qui n’a pas beaucoup de talent”, ironise la chanteuse qui cache mal son admiration. A l’écoute du morceau, on croit sentir l’odeur de terre mouillée après la pluie, le parfum de genévrier gorgé d’eau, on devine l’éclaircie dans le ciel. Et l’on regrette beaucoup l’absence de l’Auvergnat.
La force du groupe est là, dans cette faculté de restituer des sensations physiques avec des sons et une intonation de voix. Comme le langoureux “Madrid” terrassé par la chaleur du sud. Avec le schizophrénique “Comme je suis”, le vernis craque un peu et les premières ombres apparaissent, rapidement confirmées par une reprise jazzy de Sun Ra en guise de rappel. Holden dilue ses inquiétudes dans une suavité pudique et préfère suggérer plutôt que trop appuyer. On leur sait gré de tant de délicatesse et d’élégance et on leur souhaite bonne route sur les chemins d’une plus large reconnaissance.

 

(article écrit par Vlad, le 6 juin 2006 pour pinkushion.com)

Last modified: November 20, 2006

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.