THE BEATLES // LOVE

AvatarWritten by Uncategorized

The Beatles

Avec la forêt tropicale Amazonienne, il y a peu de ressources naturelles qui ont pû être autant saignées que le catalogue musical des Beatles. Antologisés, lobotomisés, et plus généralement pillés dans le seul but d’un gain commercial, le public semble avoir mis un coup de frein à cet élan au vu des resultats de “Let It Be… Naked” de 2003.

Jusqu’a maintenant. Enthousiasmé par une longue amitié entre George Harrison et le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté. Et avec l’autorisation de l’Axe du Pouvoir (Paul, Ringo et Yoko) : “Love” est le dernier ajout dans un catalogue déjà bien fourni.

“Love” est un concentré des morceaux les plus accèssible des Beatles, sans réelles idées compilé par Giles Martin avec comme assistant Père George. Le tout servi en Dolby Surround 5.1 (peut être le seul argument de vente qu’ils ai pû trouver).

On commence donc avec “Because”. On entre directement dans le solo de batterie de “The End”, qui ensuite martèle généreusement avec le riff d’ouverture de “Hard Day’s Night”, en vacillant directement dans “Get Back”.  Et avant que vous ne vous en rendiez compte, fini sa route avec “Stars On 45”.

De là, c’est une avalanche musicale de “Beatleology” (“Eleanor Rigby”, “A Day In The Life”, “Here Comes The Sun”), toutes surfaite avec des extraits aussi rares qu’imprévisibles de leur discothèque.

Ils nous offrent ensuite, mains tendues,  “Drive My Car/The Word/What You’re Doing” comme un flot continu de leur époque noir et overdosée, allant crescendo avec “Come Together/Dear Prudence” et finalement atteignant le nirvana avec les drônes “Tomorrow Never Knows” et “Within You Without You” qui se marient vraiment très bien.

Où un morceaux a eu le droit de rester seul (“Back In The USSR”, “Revolution”), il vient chargé avec les voix doublées, une instrumentation simpliste, ou – pourquoi pas? – le son si different d’une sitar.Si l’echelle est loin d’être compréhensible, “Love” représente un ovni pour les fans des Beatles, qui pourraient passer le reste de leur vies argumentant sur si le son dérive de “No Reply” ou de “Paperback Writer”.

Les fanatiques aimeront une version demo déterrée de “Strawberry Fields Forever”. Mais sans aucun doute, c’est pour la quête de l’innovation que les lauriers iront à Monsieur Martin.

(Par Paul Moody pour Uncut, traduit par Sodwee pour The Spark.)

Last modified: November 22, 2006

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.